Danse

PERFORMANCE Encyclopédie pratique

LENIO KAKLEA

jeudi 28 février > vendredi 1er mars 2019

Passerelle Centre d’art contemporain • Brest

CRÉATION

ENCYCLOPÉDIE PRATIQUE, 41 RUE CHARLES BERTHELOT

« Je n’ai jamais eu d’idées chorégraphiques mais je réfléchis en répétant. La danse est une pratique située qui permet de combiner plusieurs corps. Elle suppose des activités routinières qui amènent à se familiariser avec des matériaux, articule différentes façons de se mouvoir dans le monde et permet d’inventer des déviations, des raccourcis ou des détours. Dans le studio, le corps se plie à des exercices, incorpore des techniques, se transforme, apprend à se regarder, à fuir ou à disparaitre. »
De janvier à septembre 2017, la chorégraphe Lenio Kaklea est allée à la rencontre des habitant·e·s d’Aubervilliers afin de collecter leurs pratiques. Au cours de son enquête, elle a rassemblé trois cents témoignages révélant la diversité des habitudes, des rituels et des métiers qui constituent cette ville de banlieue parisienne. La transcription de ces témoignages a pris la forme de six portraits chorégraphiques où point la convergence entre son propre langage corporel et celui de ces praticien·ne·s. Dans le film 41 rue Lécuyer, elle expose sa pratique de studio dans lequel se côtoient plusieurs intensités et régimes de représentation : répétition, performance, conversation. Il propose de relire l’influence du processus d’enquête sur le travail de création, la forme du solo y apparaît comme une expérience d’altérité dans lequel dialoguent le familier et l’étranger. Au moment du festival DañsFabrik, la chorégraphe, accompagnée de trois interprètes, propose une version in situ de cette pièce. 41 rue Charles Berthelot entend s’inscrire dans son nouveau projet chorégraphique qui explore les modes de transmission et de migration des gestes avec lesquelles on fait société.

LENIO KAKLEA (Grèce)
Lenio Kaklea est née à Athènes en 1985. Elle est diplômée de l’École Nationale de Danse Contemporaine d’Athènes (SSCD), du CNDC d’Angers (FAC) et du master d’expérimentation en arts et politique (SPEAP), dirigé par Bruno Latour à Sciences Po à Paris. En tant qu’interprète, elle collabore avec Alexandra Bachzetsis, Gerard & Kelly, Claudia Triozzi, François Chaignaud & Cecilia Bengolea, Emmanuelle Huynh, Boris Charmatz, Moser & Schwinger, Fanny de Chaillé, Laure Bonicel, Hela Fattoumi & Eric Lamoureux. Depuis 2009, elle crée des pièces chorégraphiques telles que Matter of Act (2009), Fluctuat nec Mergitur (2010), Arranged by Date (2012), Deux • L (2013) en collaboration avec Lucinda Childs, Margin Release (2015), A Hand’s Turn (2017) et Encyclopédie pratique (2018). Son travail a été présenté au Centre Pompidou, à ImpulsTanz, le Athens & Epidaurus Festival, Le Quartz, Scène nationale de Brest, aux Latitudes Contemporaines, à la Ménagerie de Verre, à documenta 14 Public programs, NEXT Festival et la Biennale d’art contemporain d’Anafi en Grèce. En 2016, elle était commissaire d’Iris, Alexandra, Mariela, Katerina et moi, une programmation autour de la production chorégraphique féminine athénienne, présentée au festival DañsFabrik. En 2017 elle collabore avec Joris Lacoste en tant que chorégraphe pour la création de Suite No 3. La même année, elle est invitée à participer à la Biennale Phenomenon 2, organisée par Iordanis Kerenidis et Piergiorgio Pepe sur l’île égéenne d’Anafi.

LOU FORSTER (France)
Lou Forster est né à Paris en 1988. Licencié en philosophie et en études théâtrales, il est diplômé de l’EHESS en 2012 où il a soutenu un mémoire sur les dispositifs d’exposition de la performance. Dès 2010, il développe une activité critique pour des revues tels que A Prior, Le journal des Laboratoires d’Aubervilliers et Art21 qu’il codirige de 2012 à 2013. Il écrit sur Walid Raad, Yvonne Rainer, Franck Leibovici, Claudia Triozzi, Juan Dominguez, Rabih Mroué et L’Encyclopédie de la Parole, notamment. En 2013, il assiste le commissaire Pierre Bal-Blanc au Centre d’art de Brétigny-sur-Orge pour l’exposition La Monnaie Vivante. En 2015, il est le critique invité au FAR° Festival des Arts Vivants de Nyon en Suisse, où il encadre la résidence d’artistes Watch and talk et propose une approche critique du festival tout en combinant publications et ateliers d’écriture. Depuis 2010, en parallèle de ses projets individuels, il collabore avec la chorégraphe Lénio Kaklea. Il participe comme dramaturge à Fluctuat nec mergitur – 2010, Arranged by Date – 2012, Margin Release – 2015 et collabore au focus Grèce du festival DañsFabrik en 2016. Lou Forster participe comme dramaturge à la création de Treasure in the Dark – 2015) du chorégraphe Thiago Granato et performe Timelining – 2014 de Gerard&Kelly pour la FIAC et au Guggenheim Museum. Depuis 2014, il collabore avec Jeanne Revel et Joris Lacoste au développement de la méthode W, une approche critique, pratique et théorique de l’action en représentation. Il est le commissaire de Lucinda Childs, Nothing Personal (1963-1989), la première exposition rétrospective consacrée à l’œuvre de la chorégraphe américaine présentée au CND (Centre national de la danse) et à la Galerie Thaddaeus Ropac dans le cadre du Festival d’Automne à Paris en 2016.