Danse

Maintenant oui

GAËL SESBOÜÉ

Informations

Suite aux mesures d’urgences, nous vous recommandons de vous renseigner auprès de l’organisation de l’événement pour savoir s’il est maintenu ou non.

En attendant le retour à la normale,
retrouvez nos contenus éditoriaux et ceux de nos partenaires dans la Gazette

jeudi 28 février > samedi 2 mars 2019

Le Mac Orlan • Brest

CRÉATION

Le danseur et chorégraphe Gaël Sesboüé, fondateur de la Compagnie Lola Gatt à Brest, défend une approche minimaliste du mouvement aussi bien dans sa forme que dans son essence. Maintenant oui amènera quatre danseurs à répéter en boucle une partition chorégraphique. Une première fois à la lettre, au plus proche de son énoncé, de manière purement factuelle, puis en la réinterprétant plusieurs fois, seul(e) ou à plusieurs, en prenant appui sur telle ou telle figure dramatique au sens théâtral du terme.

GAËL SESBOÜÉ (France)
Né en 1974, Gaël Sesboüé est danseur et chorégraphe. Il débute la danse postmoderne à l’âge de 9 ans avec Maribé Demaille, dont il suivra l’enseignement pendant près de dix ans à Crozon, dans le Finistère. Dès 1985, il réalise une dizaine de courtes pièces puis entame à partir de 1995 une carrière d’interprète et collabore ainsi aux projets de Geisha Fontaine et Pierre Cottreau, Tamara Stuart-Ewing, Christian Bourigault, Cédric Gourmelon, Christian Rizzo et Xavier Le Roy. En 2007, il décide de se consacrer au développement de la Compagnie Lola Gatt, basée à Brest, et crée plusieurs pièces chorégraphiques dont Body west end – 2008, An selm – 2009, Le champ – 2010, Relatives T – 2011, Grammes – présenté au festival DañsFabrik 2012, Le Gardien – 2013, Sloth – 2016 et O,S – 2017. Le parcours de Gaël Sesboüé est largement traversé par la pluridisciplinarité et les « langages » de l’art contemporain. Cette plasticité est réinvestie dans ses projets et ateliers à destination des publics scolaires, universitaires, en insertion ou en situation de handicap. Il défend une approche minimaliste du mouvement aussi bien dans sa forme que dans son essence et développe, depuis 2013, un intérêt pour de nouveaux champs de diffusion pour la danse. Il se concentre ainsi sur la présentation in situ de projets performatifs pour l’espace muséal. Il travaille dans ce sens avec la Sydney Cooper Gallery à Canterbury, le Centre d’art Passerelle à Brest, le Musée d’art moderne André Malraux au Havre et le MAMCS - Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg.