Théâtre

Jeudi du port - 1er août

Informations

Suite aux mesures d’urgences, nous vous recommandons de vous renseigner auprès de l’organisation de l’événement pour savoir s’il est maintenu ou non.

En attendant le retour à la normale,
retrouvez nos contenus éditoriaux et ceux de nos partenaires dans la Gazette

jeudi 1er août 2019

Brest - port de commerce • Brest

Arts de la rue

Cie Dérézo - La plus petite fête foraine du monde

18h18 - Parc à chaînes
Création 2019 - 3h - Tout public
Théâtre de rue - Brest (29)

La compagnie brestoise Dérézo propose au spectateur un parcours aléatoire dans sa Plus petite fête foraine du monde, pour l’amener vers une expérience intime de rue, littéraire et politique. Dans cette fête foraine, les stands sont des micro-architectures ludiques et mobiles, tractées à dos de solex ou de vélos électriques, qui viennent se poser sur une place pour former un assemblage forain temporaire, où le voyage se fait par l’écoute.

Cie Retouramont - Voluminosité

19h12 et 23h03 - Parc à chaînes
Création 2015 - 50min - Tout public
Danse verticale - Charenton-le-Pont (94)

Mutines et joueuses, ces deux danseuses s’emparent d’un amas de tubes métalliques qui basculent, bifurquent, tombent, roulent. Tel un être qui, sous leurs suspensions, leurs accroches, leurs voltiges, s’anime. Elles n’ont de cesse de s’amuser ensemble, amies, complices ou rivales. Objet désarticulé es-tu donc un être animé ? Tout autour de l’objet, les spectateurs sont mêlés à la spirale ascendante de Voluminosité : la construction et la transformation de cet habitat.

Le Grand colossal théâtre - Jean Claude, dans le ventre de son fils

21h33 - Parc à chaînes
Création 2017 - 1h - Tout public
Théâtre de rue - Montreuil (93)

Jean-Claude et Valérie sont heureux de vous annoncer la naissance de leur fils : Toto. 110 kg. Après quinze mois de gestation et dix jours d’accouchement, la mère et l’enfant vont bien. Naissance, éducation et avènement d’un enfant roi autour duquel tourne le monde, Gargantua des temps modernes dont l’immense appétit à même de relancer la croissance et la consommation, restaurera la confiance dans l’avenir du peuple français.

Musique

Skøpitone Siskø (Brest)

19h00 – Scène des Docks
Après avoir joué avec Thomas Howard Memorial ou Fingers & Cream, le brestois Elouan Jégat mélange pop, folk, indie-rock psychédélique et sonorités électro sur son projet solo Skøpitone Siskø.
Après un 1er EP « Ghøst Søngs » auto-produit en 2016, il ouvre un nouveau chapitre avec un nouvel album aux côtés du batteur Baptiste Le Solliec et de Vincent Roudaut à la basse et aux synthés.

Lucibela (Cap Vert)

20h30 – Scène Grand Large
Lucibela, c’est un sourire, un vent de fraîcheur qui nous vient du Cap Vert. Celle qui a commencé à chanter dans les hôtels et dans la rue a une capacité à explorer les graves à la façon des grandes chanteuses de samba brésiliennes et à y ajouter un vibrato en forme de frisson. Comparée à Cesaria Evora, Lucibela veux chanter les genres musicaux cap-verdiens, comme la morna et la coladera, un peu partout dans le monde.

Hop Hop Hop Crew (Rennes)

21h30 – Scène des Docks
Hop Hop Hop Crew vous propose un voyage musical toujours plus original, festif et déstructuré !
Ces 6 musiciens, de tous horizons musicaux, marient leurs influences dans des compositions personnelles aux sonorités des musiques d’Europe de l’Est, dans un groove détonnant et explosif, tout près du Rock’n’Roll !

Puerto Candelaria (Colombie)

22h30 – Scène Grand Large
Groupe phare de la nouvelle scène colombienne, Puerto Candelaria est la proposition musicale la plus osée, controversée et innovante de leur pays ces derniers temps. Entre absurde, chaos, couleurs et joie de vivre, les six artistes expriment avec acidité et moquerie ce qu’est la Colombie d’aujourd’hui. Ces musiciens, complètement délurés, maitrisent parfaitement la rythmique, donnant ainsi une sorte de cumbia underground ou de jazz à la colombienne...

Atoem (Rennes)

22h50 – Scène des Docks
ATOEM est un duo de machinistes dont les explorations sonores vous plongent dans leur univers particulier. C’est un live atypique qu’ils nous proposent : les machines vivent, les guitares hypnotisent et la scène vibre au rythme des percussions. Mais c’est sur scène que l’on remarque qu’ils se souviennent avant tout être des musiciens instrumentaux.