Expo

Zipping alog de Maxence Chevreau

samedi 8 juin > samedi 31 août 2019

Passerelle Centre d’art contemporain • Brest

Dans la langue de Molière, le titre pour le moins énigmatique donnerait quelque chose comme « compresser avec complicité ». Si certaines pièces procèdent effectivement de la compression, on se demande bien en quoi elles devraient titrer l’ensemble. Quant à la complicité, elle réside certainement dans une invitation généreuse à la flânerie.

Le jeune artiste revendique une pratique ancrée dans des logiques narratives dont ses formes et scénographies participent de l’écriture. L’exposition se compose de trois groupes d’œuvres comme autant de personnages archétypaux d’une commedia dell’arte d’un genre nouveau. On y trouve ainsi des moulages d’éléments naturels ou d’objets glanés au gré de ses pérégrinations, des totems aux formes doucement dessinées dont l’échelle humaine vient contrarier la mesure des premières, et des toiles de fond abstraites qui ne sont pas sans rappeler les backgrounds colorées des cartoons animés (d’ailleurs le titre est celui d’un épisode de Bip Bip et le Coyote de 1953). On verrait également volontiers dans la proposition une histoire de l’abstraction un peu empressée... ou compressée en trois étapes : un transfert direct d’une réalité observée, une exagération – voire une dissolution – de la forme dans le trait et une abstraction assumée dans le champ de couleur. Enfin, à cela près qu’une corde esseulée vient apporter un bémol un brin lascif à ce ballet ordonné. Sa composition chromatique ressemble à un code génétique qui se pourrait bien être l’ADN de l’exposition toute entière. En effet, Zipping along propose de sentir, d’éprouver des rythmiques séquencées comme des onomatopées en toute complicité.