Musique

Vox Low + Heimat

vendredi 1er octobre 2021

La Carène • Brest

INFORMATIONS
Au vu du contexte sanitaire actuel, n’oubliez pas de consulter le site de l’organisateur pour connaitre les conditions particulières d’accès.

Cold-Wave / Post-punk

La curiosité est un super défaut : concert à 3€ pour les abonné·es !
Pépites du rock indé hexagonal ! La Carène accueille VOX LOW et HEIMAT, deux groupes qui explorent des territoires sonores non balisés et cultivent leur voix singulière dans le paysage musical français.

VOX LOW

Abandonne tout espoir, toi qui entre ici. C’est la phrase inscrite à l’entrée des Portes de l’enfer de Dante, mais c’est aussi par ces mots que commence le « American Psycho » de Bret Easton Ellis. Occultisme pop, passion du Christ et vision synthétique du monde, voilà de quoi il est question avec le premier disque de Vox Low, S/T, sorti sur le label à l’attitude effrontément rock’n’roll Born Bad Records.

L’histoire de Vox Low, dans les grandes lignes : des parisiens fans de disco et de punk qui ont tenté leur coup, sous le nom de Think Twice, pendant cette période hystérique de la French Touch parisienne au début des années 2000. C’est désormais sous le nom de Vox Low que cette bande de blousons noirs de la Porte de St Ouen officie, avec Jean-Christophe Couderc (voix et synthé), Benoit Raymond (basse mythique, guitare et synthé) rejoints ensuite par Mathieu Autin (batterie de l’enfer et percussions vaudous) et Guillaume Léglise (Guitare SG saignante et synthés aussi) pour la mise en place du live. Car pour Vox Low, la représentation scénique est un acte fondateur du groupe. Cela tient même à de la pure cérémonie et c’est ce qui a vite donné au groupe son aura culte. Voir le combo parisien sur scène est un acte de foi, une célébration des forces du mal.

Vox Low se tient droit sous une pluie glaciale et acide, face à l’adversité. Leur musique capte l’esprit d’un monde en marche, à l’attention d’une foule de laissés pour compte, qui ont un genou dans le caniveau mais qui refusent d’abdiquer devant le cynisme ambiant

HEIMAT

Derrière cet alias se cachent deux personnalités bien connues des sphères underground hexagonales : Olivier Demeaux, claviériste de Cheveu, également membre du projet drone-ambient Accident du Travail, et Armelle Oberle, dont on a déjà pu entendre la voix unique chez The Dreams ou Badaboum.
Heimat a surpris de nombreux auditeurs par l’originalité de ses compositions, inspirées aussi bien par la new wave et la trap-music que par les enregistrements ethnographiques d’Asie du Sud-Est.
Le chant inspiré d’Armelle, aux accents approximatifs (allemand, italien) combiné aux ambiances post-wave d’Olivier, évoque X-Mal Deutschland, Malaria et, bien entendu, la grande Nico. Après un premier album, à la fois étrange et lyrique, qui s’est imposé comme un classique du genre, Heimat récidive avec Zwei. Sorti en mai 2021, ce deuxième album oscille entre sonorités sombres et dramatiques, et mélodies plus légères, donnant à l’ensemble une tonalité tragi-comique et mystérieuse.

© julie Hascoet