Musique

Nonozdu - Mickael Guerrand + Arashkha

vendredi 13 mars > samedi 14 mars 2020

Lampaul-Plouarzel

INFORMATIONS
Au vu du contexte sanitaire actuel, l’ajout d’événements est suspendu en attendant les jours meilleurs.
Pour patienter, n’hésitez pas à consulter les articles de la Gazette de Brest Culture.

Saison 2 Épisode 2... Découvrez les soirées NONOZDU, inventives et festives... cette fois-ci avec la trance world du réunionnais Arashkha et la chanson rock du finistérien Mickael Guerrand.

ARASHKHA :

Percussionniste autodidacte, Arash Khalatbari se nourrit du métissage, à l’image de son identité, multiple. A 14 ans, avec Vox Populi, il distille un mélange d’ethnique et d’indus et sort, dans les années 80, 3 LP’s et plusieurs compilations sous le label VISA.

Après avoir participé à la création de musique pour le théâtre, autour des mythologies du monde avec la compagnie Tour de Babel, il fonde avec Dierdre Dubois et Mehdi Haddab en 1994 le trio Ekova (signé par Label SONY en France, SIX DEGREES/USA), dont la subtile alchimie électro-world séduit dès le premier album, couronné du FAIR et sélection Ile de France du Printemps de Bourges.

MICKAEL GUERRAND :

Originaire de Brest, Mickaël Guerrand sillonne la France depuis une vingtaine d’années. Ses chansons rock en bandoulière, il forge sa plume et son identité de cafés-concerts en festivals, s’illustrant notamment en première partie de Tété, Eiffel, La Grande Sophie, Graeme Allwright ou Iggy Pop...

En 2002 paraît son premier opus, D’un monde à l’autre, un 4 titres remarqué et diffusé sur les ondes de France Bleu. En 2005, l’album Soleil brun lui ouvre les antennes de France Inter, Europe 2, RFI et reçoit un coup de cœur du Grand Prix du Disque du Télégramme.

En 2009, La complainte du diable... un groove authentique, un son chaleureux et épuré. Un disque directement enregistré à l’arrière du magnétophone, sans artifice, qui révèle le talent brut d’un songwriter au style unique.