Musique

No One Is Innocent + Tagada Jones + Les Ramoneurs De Menhirs

vendredi 26 octobre 2018

La Carène • Brest

Evénement Choix de la rédac

Punk

Dans la ville du fameux "Tonnerre de...", cette soirée trouve forcément sa place ! Trois groupes qui ont déjà marqués les esprits par leurs passages explosifs dans nos contrées finistériennes, véritables références du rock et du punk hardcore hexagonal, ils vont faire trembler les murs de La Carène et exalter la foule à grand coups de riffs incisifs et de rythmiques implacables. Textes engagés, génération blasée, frondeurs, rageurs, à coup sûr cette soirée ne prendra pas du tout (mais alors pas du tout) de gants, ne fera pas dans la dentelle, mais plutôt dans les guitares, le gros son, le punk hardcore, saupoudrée de sonorités venues de nos terres celtiques ! Vous en prendrez bien une petite dose ?

NO ONE IS INNOCENT

« On a tracé notre route, on s’est jeté dans l’arène. Creusé le même sillon pour exploser les scènes, de la sueur sur les planches et rien calculer en concert, comme si on jouait sa vie, comme si c’était la dernière » … ce morceau de texte tiré du titre « 20 ans », résume parfaitement la carrière de No One Is Innocent, une carrière marquée par des succès, des tempêtes, des coups de gueules, et des combats jamais perdus d’avance. C’est aujourd’hui un groupe soudé et exalté qui est de retour avec un nouvel album, Frankenstein, de nouveau produit par Fred « El Magnifico » Duquesne. Toujours fidèle à son ADN, entre des racines chez Black Sabbath, Rage Against The Machine, les Stooges, No One sait surprendre avec une formule à l’épreuve du temps : riffs implacables, groove, hymnes incarnés. Une formule qui les impose encore et toujours dans le cercle restreint des chefs de clans du rock à grosses guitares.

TAGADA JONES

Déjà plus de 20 ans que Tagada Jones parcoure les scènes nationales et internationales avec son Punk-Hardcore, en faisant sans doute l’un des seuls combos punk français à autant s’exporter en chantant dans sa langue natale.
Dignes héritiers de la scène alternative française, ils sont reconnus par leurs prédécesseurs (Bérurier Noir, Parabellum, Shériff...) comme étant l’incarnation du « Do it yourself » français.
Si la musique du combo a connu quelques changements, notamment une orientation plus electro-punk durant quelques année, aujourd’hui le groupe est revenu à ses premiers amours, même si l’aspect électro-indus n’a pas totalement disparu. Le groupe couvre plus que jamais un spectre musical allant du punk anglais, des origines à sa version californienne des années 90, en passant par l’alternatif hexagonal des années 80 ou encore le métal et le hardcore. Des influences qui ont été parfaitement digérées pour aboutir finalement à une musique qui ne ressemble à rien d’autre qu’à du Tagada Jones !
Toujours plus violent, plus revendicateur, plus pertinent et plus incisif : tel est le visage de Tagada Jones en 2017. Gonflé à bloc et armé d’un nouvel opus, La Peste et le Cholera, le groupe a repris les routes pour dispenser à travers le monde sa saine et franche énergie rock’n’roll, propre à faire transpirer n’importe quel amateur de décibel lors de concerts mémorables, où le quatuor révèle toute la mesure de sa ferveur et de sa générosité.

LES RAMONEURS DE MENHIRS

Le groupe de punk celtique français, réunit le couple de sonneurs Éric Gorce Richard Bévillon à Gwénaël Kere au chant et Loran à la guitare électrique. Figure emblématique de la scène alternative des années 80 avec les Bérurier noir, ce dernier place le lien entre le punk rock et la musique bretonne dans un même esprit d’insoumission. La distorsion saturée de la guitare se mêle aux timbres aigus des instruments traditionnels et la boite à rythme accompagne le rythme intense et répétitif de la danse bretonne.
Les Ramoneurs de menhirs se produisent aussi bien en fest-noz (fêtes dansantes bretonnes) qu’en concert, dans les festivals, en France et à l’étranger. La plupart du chant est en breton. Depuis les débuts du groupe, Louise Ebrel, fille d’une des Sœurs Goadec, pose sa voix sur leurs enregistrements et les accompagne sur scène très régulièrement. En 2016, le groupe effectue sa dixième tournée et il sort son quatrième album en juin 2017 pour le festival Hellfest.