Musique

"Les Folklores, Nourritures des Musiques" : Dvorak, Stutschewsky, Piazzolla

Informations

Suite aux mesures d’urgences, nous vous recommandons de vous renseigner auprès de l’organisation de l’événement pour savoir s’il est maintenu ou non.

En attendant le retour à la normale,
retrouvez nos contenus éditoriaux et ceux de nos partenaires dans la Gazette

dimanche 20 janvier 2019

Conservatoire de Musique et Danse de Brest métropole • Brest

Florence Pavie, piano - Jean-Marie Lions, violon - Aldo Ripoche, violoncelle

Le nouveau programme de L’Instant en Trio propose trois compositeurs qui se sont fortement inspirés de de leur patrimoine traditionnel musical.

Antonin Dvorak (1841-1904), avec son magnifique et très célèbre Trio "Dumky" op. 90 écrit en 1891, développe sur une structure inédite en 5 mouvements et 6 "dumka" les thèmes du riche folklore de l’Europe de l’Est et particulièrement des thèmes tchèques de son pays natal. La "dumka" ("dumky" en est le pluriel) est, à l’origine, une complainte qui fait contraster une mélopée rêveuse et mélancolique et une danse endiablée, à l’image du caractère slave.

Joachim Stutschewsky (1891-1982), dont le père était un musicien klezmer connu en Ukraine où il est né, fut violoncelliste et compositeur, imprégné de cette musique dans la quelle il a baigné, et des thèmes juifs en particulier. Son trio avec piano "Klezmer’s Wedding Music" est une oeuvre nourrie à la source des nombreux thèmes de cette musique klezmer.

Quant à Astor Piazzolla (1921-1992), compositeur argentin né avec la musique du tango, ses tangos et milongas merveilleusement magnifiés, forts et poignants, sont pétris d’âpre violence et de passion nostalgique. Les Saisons à Buenos-Aires illustrent à merveille ce que peut être une fusion réussie entre musique savante et musique populaire. Les rythmes sont vifs et nerveux, les accents tranchants comme des lames de couteau. Une certaine barbarie, dans les couleurs mélodiques et le tissu harmonique, évoque sans ambiguïté l’atmosphère tendue des quartiers populaires et l’expressivité d’une sensualité omniprésente.