Danse

D’Ivoire et chair / Les statues souffrent aussi

Marlene Monteiro Freitas

Informations

Suite aux mesures d’urgences, nous vous recommandons de vous renseigner auprès de l’organisation de l’événement pour savoir s’il est maintenu ou non.

En attendant le retour à la normale,
retrouvez nos contenus éditoriaux et ceux de nos partenaires dans la Gazette

samedi 2 mars 2019

Le Quartz • Brest

Dans le cadre de DañsFabrik, festival de Brest

Née au Cap-Vert, passée par P.A.R.T.S. à Bruxelles et installée à Lisbonne, la danseuse et chorégraphe Marlene Monteiro Freitas compte parmi les talents les plus prometteurs de sa génération. Ses créations sont des spectacles hallucinés et hallucinants, étourdissants d’inventivité et formellement éblouissants. « Bal grotesque » de pantins mécaniques ou de statues de pierre qui s’animent sur un fond de musique stridente et percussive, de marfim e carne (d’ivoire et de chair) donne à voir un univers très personnel nourri de références passant à toute allure. Mais des références – on pense en particulier aux avant-gardes modernistes du début du XXe siècle – exposées dans leur ambiguïté à la lueur d’enjeux contemporains. Comme en écho à Pygmalion insufflant la vie à sa statue de Galatée, la chorégraphe semble nous suggérer que seuls le sensible, le désir et l’amour peuvent faire barrage à l’asservissement de nos corps. Un coup de cœur !